Ré-Interpréter Travailler et Son Sens

Au début, il se peut que l’on travaillait pour la vie, c’est-à-dire, pour gagner sa vie. On se levait, on se préparait, on allait au travail, on commençait à travailler à huit heures et on s’en arrêtait à seize ou dix-sept heures. Puis, on rentrait chez soi et rejoignait ses familles et ses amis pour apprendre leurs nouvelles. En fin, on recevait son salaire mensuellement.

Au fur et à mesure du temps, on apprenait que plus d’heures de travail, plus de salaire. On apprenait que l’on aimait son poste et qu’il empile les travaux par express. Les questions “Quand est-ce que tu vas rentrer ?”“Tu seras là, pas vrai ?” commençait à recevoir les promesses vides. Les familles abandonnées, les vacances manquées et toujours des excuses d’absence aux occasions sociales.

Tous les phénomènes ci-dessus ne nous sont plus étranges, certes. Il y a bien de nous les expérimentant. Disons: les soutiens de familles, les gens aux ‘hautes positions’, les récipiendaires de la bourse, etc. La question “N’êtes-vous pas fatigué ?” reçoit souvent de diverses réponses, à partir des classiques comme “Je suis un soutien de famille. Ma famille dépend de moi.” et “C’est mon poste qui m’en demande, pas moi.” jusqu’à celles nous faisant glousser en admiration telles que “Je veux montrer à tous à quoi ressemble travailler.”“Je veux être un parent que mes enfants respecte.”“C’est les vrais éthiques de travailler !”“Nos prédécesseurs nous montrent que les succès riment avec beaucoup de travail.” 

Il vaut mieux que nous ré-analysions les raisons pour lesquelles nous travaillons. D’après moi, nous travaillons afin de réaliser un fin équilibre travail-vie. Il est exposé dans l’article écrit par Setyawardani (2015), que l’Équilibre Travail-Vie s’agit de l’intensité de la vie personnelle et de la vie professionnelle qui est dans un état égal l’une et l’autre. SPICES est une abréviation faite mention dans l’article dont, selon moi, le C (Carrière) représente la vie professionnelle tandis que les autres alphabets représentent les dimensions de la vie personnelle (Spiritualité, Physique, Intellectualité, Émotions et Social).   

Afin de concrétiser un sûr équilibre travail-vie, je nous propose deux choses à bonifier en travaillant: Intelligence Personnelle (IP) et Quotient Spirituel (QS). Martin (2015) résume l’IP en tant qu’une faculté que possède un être humain de se connaître et de s’optimaliser. En ayant l’amélioration d’IP comme la raison de travailler, nous aurons ces effets suivants comme énumère Martin dans son article: (1) se connaître, (2) connaître ses sentiments ainsi que les stimulus, (3) connaître ce qui peut lui faire s’avancer et reculer, (4) savoir conduire sa vie et réaliser ses buts avec souplesse, (5) savoir se libérer des mauvais souvenirs. Tous ces effets-là produisent le sixième (6), c’est qu’il est productif et qu’il a beaucoup de réalisations, desquelles il fait ses contributions. En sus de cela, nous travaillons aussi, à mon avis, pour enrichir notre spiritualité. Déclaré dans Sasanti (2015), ‘spiritualité’ se définit en tant qu’une inter-connectivité entre un individu et son entourage (autrui et l’environnement). Lié à cela est le Quotient Spirituel (QS), une type de quotients qu’ont tous les être humains. Dans Saragih (2013), il se dit que le QS, formulé par Daniel Goleman, se divise en quatre étapes, dont La Conscience de Soi (Self-Awareness) et L’Auto-Gestion (Self Management) comme la première et la deuxième font référence, moi personnellement, à l’IP et au Quotient Intrapersonnel. Les étapes se font continuer par La Conscience Sociale (Social Awareness) où on sait bien se gérer quand il interagit avec son entourage et pour terminer, La Gestion de Relation (Relationship Management) où on sait bien se gérer en construisant et entretenant une relation durable avec son entourage et elles font allusion, si je ne me trompe pas, au Quotient Émotionnel (QE) ainsi qu’au Quotient Interpersonnel. Ainsi, nous pouvons conclure que le QS est une type de quotient en chaperonnant les autres cinq types (le Quotient d’Intelligence, l’IP, le Quotient Intrapersonnel, le QE et le Quotient Interpersonnel). Outre, condensé de Saragih (2015), aspire à l’accomplissement de Buts de La Vie. Par ailleurs, Saragih (2015) explique que ceux travaillant pour raffiner son QS ont tout ceci comme traits: (1) le bonheur, (2) la satisfaction, (3) la positivité, (4) l’auto-amélioration, (5) l’équilibre de vie (personnellement, professionnellement et avec sa famille), (6) l’esprit de partage avec son entourage, (7) démonstration des engagements favorables, (8) la résilience de confidence et (9) le rapide rétablissement. Tout cela est aiguillonné par Sasanti (2015) affirmant qu’une spiritualité de bon aloi de quelqu’un produit les effets positifs à la qualité de ses travaux.

Pour résumer, la satisfaction et le bonheur apparaissent en nous une fois nous mettons SPICES en équilibre. En ré-interprétant le sens de travailler, utilisons ces quatre dimensions de notre vie: 1. De notre travail (Quelles valeurs mon travail a-t-il ?“), 2. De nous-mêmes (“Comment peuvent les valeurs de mon travail me développent ?”), 3. De notre entourage (nos familles, nos amis et les autres être-humains) (“Mon emploi, comment pourra-t-il me permettre de contribuer à la société ?”) et celle de notre foi vers Dieu (“Quel genre d’assistance est-ce que je vais demander à Dieu pour me faciliter en optimalisant les trois dimensions de ma vie ?”).

Je nous conseille strictement de ne travailler que pour de l’argent car si nous le faisons, nous serons ignobles. De plus, allons penser à notre entourage: l’environnement et les gens qui nous tiennent si au cœur. Pensons comment nous nous sentirons si nous perdons l’un d’entre eux à cause d’un manque d’attention; un manque d’attention car nous sommes trop ‘absorbés’ à nos travaux.

Pour terminer, mon ami m’a dit, “C’est TOI qui contrôle le monde, pas le contraire.” Enfin, je peux nous dire “C’est NOUS qui travaillons, pas nos travaux.” Comme ils sont tous les choses mortes, c’est donc nous qui devons leur mettre un contrôle et jamais le contraire. Remarquons qu’un contrôle excellent entre notre vie personnelle et notre vie professionnelle entraîne un équilibre de SPICES. Si jamais le contraire se passe, une vie sera perdue et c’est assuré.

Sources: Martin, A. D. (2015). Personal Intelligence for Success. HR Excellency: Jakarta / Saragih, E. H. (2013). Kecerdasan Spiritual dan Pengaruhnya terhadap Kinerja Karyawan dan Organisasi. P.P.M. School of Management: Jakarta / Sasanti, N. (2015). Spiritualitas dan Kinerja Organisasi. P.P.M. School of Management: Jakarta. / Setyawardani, T. (2015). Worklife Balance: How to Balance It. P.P.M. School of Management: Jakarta.

Advertisements