British Etiquettes and Customs

Meeting and Greeting

  • The handshake is the common form of greeting.
  • Avoid prolonged eye contact as it makes people feel uncomfortable.


Gift Giving Etiquette

  • The British exchange gifts between family members and close friends for birthdays and Christmas.
  • The gift needs not be expensive, but it should usually demonstrate an attempt to find something that related to the recipient’s interests.
  • If invited to someone’s home, it is normal to take along a box of good chocolates, a good bottle of wine or flowers.
  • Gifts are opened when received.


Dining Etiquette

  • Unlike other Europeans, the British enjoy entertaining people at their homes.
  • Although the British value punctuality, you may arrive 10-15 minutes later than invited to dinner. However, if it is at a restaurant, be on time !
  • Table manners are continental, i.e. the fork is held in the left hand and the knife in the right while eating.
  • The fork is held tines down so food is scooped on to the back of the fork. This is a skill that takes time to master.
  • Remain standing until invited to sit down. You may be shown to a particular seat.
  • Do not rest your elbows on the table.
  • If you have not finished eating, cross your knife and fork on your plate with the fork over the knife.
  • Indicate you have finished eating by laying your knife and fork parallel across the right side of your plate.
  • Toasts are given at formal meals.
  • When in a pub, it is common practice to pay for a round of drinks for everyone in your group.
  • If invited to a meal at a restaurant, the person extending the invitation usually pays. Do not argue about the check; simply reciprocate at a later time.

Le Panthéon de Paris

Victor Hugo écrivait en 1835, dans son recueil « Les Chants du Crépuscule » (III, Hymne) :
« C’est pour ces morts, dont l’ombre est ici bienvenue,
Que le haut Panthéon élève dans la nue,
Au-dessus de Paris, la ville aux mille tours,
La reine de nos Tyrs et de nos Babylones,
Cette couronne de colonnes
Que le soleil levant redore tous les jours !
 »
Haut lieu dédié à la mémoire et la célébration de la République Française, le Panthéon de Paris s’élève sur la montagne Sainte-Geneviève, dans le cinquième arrondissement de la capitale.
À l’origine , Louis XV, rétabli d’une grave maladie, décida d’honorer Sainte-Geneviève (la sainte patronne de Paris) en lui faisant construire une église, en remplacement de l’ancienne abbaye Sainte-Geneviève tombée en ruine. Plusieurs architectes dessinèrent des plans mais c’est Jacques-Germain Soufflot qui fut finalement choisi pour superviser le chantier, avec l’ambition de rivaliser avec Saint-Pierre de Rome et Saint-Paul de Londres. Les travaux commencèrent en 1757 et ne s’achevèrent qu’en 1790, dix ans après la mort de l’architecte et seize ans après celle de Louis XV. L’édifice est majestueux, son dôme reconnaissable entre mille, ses colonnes monumentales, et sa crypte grandiose.
 Par un décret des 4  et 10 avril 1791, l’Assemblée nationale Constituante, qui siégeait depuis le 9 juillet 1789, décida « que le nouvel édifice de Sainte-Geneviève sera destiné à recevoir les cendres des grands hommes, à dater de l’époque de la liberté française ». L’acte décida également de faire inscrire la devise « Aux grands hommes la patrie reconnaissante » au fronton du bâtiment.
Durant la Révolution Française, six hommes furent inhumés dans la crypte du Panthéon, dont deux en furent ensuite retirés (Mirabeau et Auguste Marie Henri Picot de Dampierre, tout deux accusés de trahison). Voltaire y fut transféré en 1791 et Rousseau en 1794.
 C’est peu de dire que la fonction donnée au Panthéon évolua au gré des aléas politiques des XIXème et XXème siècles. Ainsi, Louis XVIII consacra le bâtiment comme église le 3 janvier 1822 et fit remplacer la devise républicaine du fronton par une inscription religieuse latine. Louis-Philippe, durant la Monarchie de Juillet entre 1830 et 1848, transforma à nouveau le bâtiment en Panthéon et l’inscription « Aux grands hommes la Patrie reconnaissante » fut remise en place. En 1851, Louis-Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III, re-consacra le Panthéon en basilique nationale, dédiée à sainte Geneviève. En 1870, le bâtiment servit de poudrière et de refuge aux habitants du quartier au cours des bombardements allemands. Lors de la Commune de 1871, les branches de la croix surmontant le dôme furent sciées pour y faire flotter un drapeau rouge et le bâtiment fut de nouveau affecté au culte des Grands Hommes. Il faudra cependant attendre l’enterrement de Victor Hugo en 1885 pour qu’officiellement le pouvoir en place décide de transformer, définitivement cette fois-ci, la basilique Sainte-Geneviève en Panthéon.
 71 personnes sont aujourd’hui inhumées au Panthéon de Paris, les dernières inhumations en date étant celles de 1995 (pour Pierre et Marie Curie, scientifiques et prix Nobels), de 1996 (pour André Malraux, écrivain et Ministre de la culture du Président De Gaulle) et de 2002 (pour Alexandre Dumas). Mais sur ces 71 personnalités reposant au Panthéon, on ne peut compter qu’une seule femme y figurant en son nom propre : Marie Curie. Il est admis qu’il faut remédier à ce déséquilibre, et depuis quelques années de nombreux noms de femmes potentiellement « panthéonisables » circulent, dont notamment celui d’Olympe de Gouge, une des première féministe et auteur de la “Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne” (1791).
 Le 21 février 2014, le Président de la République Française François Hollande a annoncé officiellement les noms des quatre prochaines personnalités qui entreront au Panthéon, deux femmes et deux hommes : Germaine Tillion, ethnologue et résistante décédée en 2008 à l’âge de 100 ans, Pierre Brossolette, résistant, Jean Zay, Ministre de l’éducation nationale sous le Front populaire assassiné par la Milice en 1940, et enfin de Geneviève de Gaulle-Anthonioz, résistante et militante des droits de l’homme décédée en 2002.
 Nul doute que choisir les grands hommes, et également aujourd’hui les grandes femmes, est un exercice délicat. Lieu de toutes les cristallisations politiques, le Panthéon est « le sanctuaire de l’âme Républicaine », où reposent ceux à qui on a tenu à rendre un hommage particulier.
 A l’occasion de votre séjour à Paris, nous vous conseillons fortement de vous y rendre pour apprécier ce monument architectural unique au monde, incarnation mémorielle de l’Histoire française contemporaine.
Pour info:
Depuis janvier 2013 le Panthéon connaît une rénovation magistrale. La première phase des travaux concerne le dôme et devrait s’achever en 2015. Compte tenu de l’ampleur des travaux et des moyens employés (des micros-pieux s’enfonçant de 17 mètres dans le sol, une grue immense ..), c’est l’un des plus gros chantiers de rénovation d’Europe. Il devrait être intégralement terminé en 2022.
Article proposé par Johann COSIC

La Laïcité, Qu’est-ce Que C’est ?

La laïcité, en France, est un principe fondamental, inscrit dans la constitution du 4 octobre 1958, qui distingue les pouvoirs publics des organisations religieuses.
Elle est érigée en liberté fondamentale par la loi du 9 décembre 1905, relative à la séparation des églises et de l’état.

Cela implique que :

1. L’état et les collectivités territoriales (communes, départements et régions) doivent rester neutres dans les affaires religieuses mais les pouvoirs publics garantissent la liberté des cultes. L’état affirme, parallèlement, la liberté de conscience et ne place aucune opinion au-dessus des autres.

2. Les croyances religieuses relèvent, exclusivement, de la sphère privée propre à chaque individu : chaque citoyen doit pouvoir, librement, pratiquer la religion qu’il choisit.

La France est donc une :

« République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances ».

Bonjour de France

Le Musée Fernand Léger


“Pionnier du Cubisme”“Paysan de L’Avant-Garde”, Fernand Léger a subi les influences de Cézanne, Picasso et Braque et fut souvent qualifié de “Tubiste”, quelquefois abstrait, le plus souvent figuratif: “Déboîtés, les volumes géométriques ne sont plus statiques et indissociables, mais autonomes, créant entre eux un antagonisme dynamique”.
Situé à Biot, sur la Côte d’Azur, à quelques km de Nice, le Musée Fernand Léger a en dépôt près de 500 œuvres du peintre, peintures, dessins, céramiques, bronzes et tapisseries.
Un dimanche par mois, le musée organise des journées culturelles autour d’un ou plusieurs films, d’une conférence, … Ainsi, par exemple, bientôt, le 6 février 2011, une conférence autour de cette parole de F. Léger: “Si l’expression picturale a changé, c’est que la vie moderne l’a rendue nécessaire”, suivie de deux courts-métrages de René Clair et Jean Epstein. Le mois suivant sera organisé autour du thème du cirque qui fût une des inspirations du peintre. Un excellent moyen de parfaire votre apprentissage du français à Nice.
Peintre de la modernité, de l’urbain, du travail, des activités humaines, il associe la vie moderne à la complexité des sensations, “Car, en dernier lieu, la modernité telle qu’il la conçoit est le révélateur d’un lien entre les hommes, les hommes de l’escouade pendant la guerre, ceux du chantier ou ceux du cirque quand revient la paix. Et le peintre moderne est celui qui renverse les traditions académiques convenues pour peindre dans un style universel ce lien universel“. (F. Léger au Centre Pompidou).
Un vrai peintre du XXème siècle de la vie et de l’activité humaine, F. Léger, atypique et incontournable, socialement engagé, a notamment réalisé les peintures décoratives du siège de l’ONU à New York.
Article proposé par Jean-François AUVERGNE

Les Restos du Cœur

M Coluche, Le Fondateur des Restaurants du Cœur
Les Restos du Cœur est une association fondée par Coluche, un humoriste français, en 1985 dans le but de venir en aide aux personnes les plus démunies. 
Cette association apporte son aide dans de multiples domaines, notamment dans le domaine alimentaire puisqu’elle offre des repas gratuits à ceux qui en ont besoin: des sans-abris, des travailleurs pauvres ou des jeunes qui ont très peu d’argent. Les Restos du Cœur soutiennent également les personnes qui ont besoin d’une réinsertion professionnelle ou tout simplement d’un toit pour dormir. 
En 2011-2012, ce sont 115 millions de repas qui ont été distribués. L’association est soutenue par Les Enfoirés, une troupe de chanteurs et chanteuses français qui se mobilisent chaque année en donnant des concerts. L’argent gagné pendant la vente des tickets de concerts et des albums est reversé à l’association. Ainsi, le message des Enfoirés est simple: « donner de son temps pour la solidarité ». La première troupe des Enfoirés était composé de Jean-Jacques Goldman, Yves Montand, Nathalie Baye, Michel Platini et Michel Drucker.  Aujourd’hui, plus de 35 artistes participent à la troupe des Enfoirés.
Distribuer un repas chaud en hiver était l’idée initiale du fondateur de l’association. En effet, Coluche souhaitait donner « un petit coup de pouce » à ceux qui en avait besoin, en particulier en hiver, la période la plus rude et critique de l’année. Certains centres d’accueil restent ouverts toute l’année pour venir en aide à plus de personnes telles que les étudiants, les familles et  les travailleurs pauvres. Des paniers repas équilibrés comprenant « une viande ou un poisson, un légume, des pâtes ou du riz, un fromage ou yaourt, un fruit et du pain » sont distribués.
En 2013, les prochains concerts auront lieu au Palais Omnisport de Paris Bercy du mercredi 23 janvier au lundi 28 janvier.
Selon BonjourDeFrance  

Sa Majesté, Le Roi Luis XIV !

Luis XIV, Le Roi Absolu de La France !

« Je suis le Roi de Soleil ! 

Je suis le Roi Absolu de La France ! 

Mon emblème est le soleil, astre qui donne la vie à toute chose ! 

Je fais de grandes réformes administratives, fonde la police, fais construire le Château de Versailles, modifie le plan des villes françaises telles que Lille, Besançon, Belfort ! 

En 1680,  je crée la Comédie Française ! 

J’aime danser, aller au théâtre et faire la fête ! C’est pourquoi je donne de l’argent à Molière, un écrivain ! À Lully, un musicien ! À le Brun, un peintre ! À le Nôtre, un jardinier et je fais la guerre, la guerre et encore la guerre, bien sûr !!!»

d’après BonjourDeFrance