Le Feminisme: Son Abondance Menace-t-Il Son Existence ?


Cet article-ci est en provenance de deux documents différents publiés en 1999 et en 2000. En dépit de leur différence de l’origine, ces deux documents abordent le thème de Féminisme et traitent du sujet du Féminisme de deux pays distincts. Prenant ma position que l’abondance du Féminisme ne finit pas son existence, je débuterai cette argumentation par évoquer l’infériorité que vivent les femmes. Enfin, je me pencherai sur un certain nombre de raisons ainsi que des exemples qui justifient que l’abondance de féminisme ne finit pas son développement durable. L’Espagne, le Japon et mon pays l’Indonésie seront comparés dans l’argumentation.

            L’infériorité des femmes ont amorcé son existence il y a longtemps. La raison pour laquelle elle existe, c’est la comparaison inégale entre les hommes et les femmes qui mettent les femmes dans la position inférieure que les hommes. Le premier exemple que je vais prendre est l’infériorité que vivent les femmes au domaine de travail. Jetons-nous un coup d’œil à ce qui s’est passé en Espagne, un pays de l’Europe occidentale. Avant l’année 1979, il s’est avéré que le taux d’activité des femmes n’ont qu’atteint un pallier de 38 % alors que celui des hommes ont pu atteindre plus de soixante pour cent. En plus, Madame Concepcion Dancausa, Directrice de l’Institut de La Femme en Espagne, s’est exprimé qu’un nombre considérable des femmes étaient bouleversé par le phénomène du Toit de Verre, un phénomène particulier qui a relégué les femmes en deçà de leur véritable pouvoir. Au coté orientale du monde à l’année 1977, représenté par le Japon tout d’abord, il y avait peu de soutien pour les femmes entrepreneurs, soit avec l’entreprise qu’elles avaient envie de construire, soit avec celle qu’elles étaient en train de exercer. Toujours au coté orientale du monde, avec l’Indonésie comme le pays représentante maintenant, il y a encore certaines compagnies qui différencient toujours les revenues entre celles des employés masculins et celles des employées féminines. En outre, ce sont les employées féminines qui ont la tendance d’être vulnérables des types variées d’harcèlement (la sexuelle, l’ethnique, etc.), soit de la part des patrons, soit de la part des collègues. En outre du milieu de travail, les femmes entreprennent également l’infériorité de la vie. En Espagne, Madame Rosa MONTERO, une iconique journaliste-écrivain, a impliqué qu’un vaste nombre de femmes étaient victimisées de la violence domestique ainsi que du meurtre conjugal, ce qui est de même en Indonésie.    

            Étant donné toute la précarité que vivent les femmes, il doit à tout prix y avoir une chose qui peut minimaliser tout cette précarité. La réponse prend forme d’une idéologie : le féminisme. Plus de féminisme donne de l’assistance. Pour exemplifier, une femme japonaise au nom de Madame Kaori SASAKI a crée à l’année 1996 un site internet qui se nomme E-women. Le site, ayant pour vocation d’assister les femmes de s’améliorer dans leur vie familiale ainsi que la professionnelle, est un sanctuaire pour les femmes de donner leurs opinions sur toutes sortes de sujets, en fait les débats et, au bout de la journée, l’évaluation. En Indonésie, quelques chaînes de radio ainsi que de télévision assistent également le développement des femmes en présentant de divers discussions et débats sur les situations des femmes. Par ailleurs, l’abondance de féminisme fait naître plus de féminisme. Les féministes influencent leurs enfants d’également l’être à partir du bas âge. On les encourage de bien réussir leur éducation formelle afin qu’ils puissent un emploi bien-rémunéré dans le futur. Par exemple, à l’année 1999, l’Espagne avait le taux de natalité le plus bas du monde entier, s’expliquant par le conseil que recevaient les filles depuis leur mères de privilégier leurs vies académiques et professionnelles et ne pas avoir un nombre abondant d’enfants plus tard. Ceci a inconsciemment galvanisé le féminisme en ces filles-là jusqu’à ce qu’elles aient pu bien réussir leurs vie académiques et finalement égaler leur position que celle des hommes (faire les irruptions dans tous les secteurs de l’économie, s’immiscer aux hautes sphères de décision des partis politiques, de la banque, etc.). En Indonésie, Madame Megawati SOEKARNO PUTRI s’est déjà exercé la fonction de Président du République Indonésienne et elle est la seule femme qui l’a fait que l’Indonésie ait jamais connue.    

            En fin du compte, l’abondance de féminisme ne tue pas le féminisme lui-même. Beaucoup de femmes vivent encore les situations précaires jusqu’aujourd’hui, prenant forme de plusieurs formes d’harcèlements, de l’inégalité de taux d’activité, de revenue, etc. Le féminisme est l’outil de minimaliser tout cela car les femmes féministes elles prêtent les attentions aux améliorations des femmes ainsi que font réincarner le féminisme en jeunes générations. Autour de cet article-ci, la prochaine problématique que l’on pourrait résoudre, c’est : le féminisme, suffit-il d’aider les femmes à atteindre leurs rêves ?  
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s